19 avril 2019

Admissibilité en classe préparatoire / année scolaire 2019-2020

Les candidats admissibles sont invités à se présenter aux oraux d’admission aux dates et horaires indiqués dans la liste ci-dessous. Ces entretiens se dérouleront aux beaux-arts de Paris, 14 rue Bonaparte, 75006.

Le nombre et le format des travaux artistiques que vous pouvez présenter lors de ces oraux ne sont pas limités. Nous vous invitons à présenter une vue la plus exhaustive possible de votre production artistique. Les travaux que vous avez envoyé pour la présélection seront à votre disposition lors des entretiens.
Aucun outil numérique de présentation de vidéo et/ou photographie ne sera disponible, si vous désirez en montrer, vous devez apporter vos propres appareils (ordinateur portable, tablette...)

Les entretiens dureront quinze minutes par candidat. 

Les candidats non-admissibles (et qui n'ont pas joint une enveloppe de réexpédition) sont invités à venir récupérer leur dossier à l'accueil scolarité de l'école - 14, rue Bonaparte, 75006 Paris - du lundi 20 au vendredi 24 mai, et du lundi 27 mai au vendredi 31 mai, de 14h à 17h.  


Liste téléchargeable sur le site Internet des Beaux-Arts de Paris.

 

15 avril 2019

25 mars 2019

Sélectionner sans discriminer, le défi des grandes écoles d’art // article paru sur le Monde.fr

Face à l’engouement pour leurs formations, les écoles d’art publiques les plus prestigieuses peinent à ouvrir leurs portes à des profils variés. Des dispositifs tentent de contrer ce formatage des admis. 
par Sylvie Lecherbonnier

« Je pensais encore il y a peu que les Arts déco, c’était seulement un musée », avoue, amusée, Anna Gevorgyan. En ce matin de février, la lycéenne en bac pro métiers de la mode travaille dans l’atelier gravure de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs (Ensad), à Paris. Elle dessine avec de l’encre épaisse et noire sur des plaques de métal, qu’elle passe ensuite sous presse. A côté d’elle, Axel, Athena, Léa s’affairent autour de la grande table recouverte de cartons.
Ils sont 31 lycéens, venus de toute la France et de toutes les filières, à participer à ce stage « égalité des chances » organisé par la Fondation Culture & diversité. Une préparation intensive aux écoles d’art où, pendant cinq jours, se côtoient élèves de terminale en bac pro STD2A ou voie générale option arts plastiques, dans une ambiance proche de la colonie de vacances. Ils logent tous à l’auberge de jeunesse et enchaînent les visites de musées, les travaux en atelier, les rencontres avec des artistes…
Axel Marie, en terminale L option arts plastiques, vient de Caen : « Je vis seul avec ma mère, je n’aurais pas pu venir une semaine comme ça si ce n’était pas pris en charge. Je voudrais être artiste, mais je me sentais assez seul jusqu’à présent. Là, je vois qu’il y a des gens qui peuvent m’aider. »

Si ce stage constitue le point d’orgue du programme « égalité des chances » de la fondation créée en 2006 à l’initiative de Marc Ladreit de Lacharrière, patron de Fimalac, il n’en est qu’une étape. En amont, une phase d’information sur les écoles d’art et de design a lieu dans les lycées REP (réseau d’éducation prioritaire) partenaires. En aval, la fondation octroie des bourses pour le passage des concours, des aides au logement ou à l’achat de matériel pendant les études, et poursuit l’accompagnement jusqu’à l’insertion professionnelle. Neuf écoles d’art participent à ce programme, et la fondation a aussi mis en place ce dispositif dans douze autres écoles (théâtre, architecture, cinéma, patrimoine).
Plus de 18 000 jeunes issus de l’éducation prioritaire ont été sensibilisés depuis treize ans, dont 1 700 ont été plus spécifiquement accompagnés et 700 ont réussi un concours. Florence Lafargue, en troisième année aux Arts déco, en fait partie et encadre aujourd’hui les lycéens du stage. « Je ne serais jamais entrée à l’Ensad sans ce dispositif, dit-elle. Mon dossier artistique aurait été beaucoup trop naïf. Sans compter l’aide financière reçue pour passer les concours. »
Culture & diversité tente ainsi d’ouvrir un peu plus grande la porte de la cinquantaine d’écoles d’art publiques. Face à l’engouement que suscitent ces études, il y a aujourd’hui embouteillage à leur entrée, comme le note une enquête réalisée pour le séminaire régional de l’European League of Institutes of the Arts (ELIA), qui se tient à Nantes du 13 au 15 mars. Si les écoles recrutent un candidat sur trois en moyenne en première année, la sélection est bien plus drastique dans les établissements les plus prestigieux : 3,5 % à l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, 7 % à l’Ecole nationale supérieure de création industrielle (Ensci ), 8 % aux Beaux-Arts de Paris, 15 % à Nantes.


Retrouvez la totalité de cet article en cliquant sur ce lien.  

Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.