25 août 2016

Luc Chopplet

Drowse on a lasy afternoon, 2015.                                                     Théia, 2015.
Encre, acrylique, feutre et crayon sur papier, 23x30cm                      Encre, acrylique, feutre et crayon sur papier, 23x30cm

 

Luc Chopplet, enseignant pratique artistique Dessin/Peinture.
Coordinateur de la classe préparatoire VIA FERRATA.


Né en 1981 à Paris, diplômé de l’école d’art de Rueil Malmaison (2003), des Beaux-Arts de Paris (2005) et de l’école des Arts Décoratifs de Paris (2008), il enseigne le dessin et la peinture depuis 2009.
Expositions (sélection) : Les heures indécises, La Grange aux belles, Paris ; Mantova creativa art show, Mantoue, Italie ; Accélérateur de particules, Strasbourg ;  En dessous de midi, Espace Lhomond, Paris ; Le bal des débutantes, Klemm’s gallery, Berlin, Allemagne ; L’intervalle entre les jours, Galerie Sandra et Marco Schütz, Fontainebleau ; Finders/ il n’y a pas d’images correspondant à votre recherche, La générale en Manufacture, Sèvres ; Bosch young talent show, Hertogenbosch, Pays-Bas ; Comme une pieuvre que son encre même efface, Galerie In situ, Paris


" L’artiste est un agriculteur, il commence par clôturer un champ. Cette opération lui prend plus ou moins de temps. Il n’a ensuite de cesse de travailler ce champ, de le labourer, de l’explorer, d’en extraire tous les possibles, d’y cultiver des légumes. 

Les dimensions du champ peuvent être très vastes, ou très restreintes. 
Nous avons pu observer un artiste qui, à l’âge de vingt-cinq ans, a délimité un champ d’à peine un mètre carré et qui l’a creusé toute sa vie, approchant, au terme de celle-ci, le centre de la terre.

Ainsi l’artiste/agriculteur peut se lasser de retourner la terre toujours au même endroit. Il décide alors de déplacer les poteaux qui clôturent son champ pour l’agrandir ou en modifier la forme. Parfois il décide même d’investir un nouvel espace, tout à fait séparé du premier, pour découvrir quels légumes y pousseront, laissant à l’abandon la première zone de recherche ou continuant à suer sur les deux.
Il existe des artistes qui labourent plusieurs champs depuis de nombreuses années, allant parfois jusqu’à s’entraider les uns les autres (même si le phénomène est rare), ayant ainsi à leur disposition des légumes de différentes variétés provenant de différents champs, ce qui leur permet de confectionner de succulentes tartes et/ou salades.


Tout en établissant les limites de son champ et en choisissant quels types de poteaux en délimiteront le périmètre (les poteaux sont-ils rigides, ancrés, souples, espacés, forment-ils une palissade infranchissable, ou au contraire sont-ils très largement disposés ?), l’artiste peaufine les outils qui lui permettront de travailler la terre et d’obtenir de beaux et bons légumes. Au début ces outils sont mal taillés et peu efficaces. Il les affine au fur et à mesure et les adapte au type de récolte qu’il souhaite obtenir (même si l’Art se trouve souvent dans cet espace entre le légume que l’on imaginait produire et celui qui sort in fine de la terre). Un artiste ne pourra tirer le meilleur de sa parcelle que grâce à des outils et à une technique affutés et adaptés. La maîtrise et/ou la création de ces outils est un processus long et exigeant.

Pendant des siècles les artistes ont tenté de créer des légumes les plus impressionnants, les plus grands, colorés et appétissants possibles. Puis certains d’entre eux ont commencé à vouloir labourer de nouveaux champs, plus escarpés, plus arides ou plus boueux, à produire des légumes différents, à l’aide de nouveaux outils : des légumes cabossés, des légumes plats, unis, troués, rugueux, minuscules, transparents, hybrides, sales, pourris, et même des légumes impalpables qui nourrissent l’esprit mais pas l’estomac. Certains ont même poussé le bouchon jusqu’à élever des vaches ou à (en) récolter des fruits ! La production globale a explosé, elle est plus riche, plus variée, plus déconcertante aussi. Il est parfois difficile, même pour un œil averti, d’évaluer la qualité du légume.


Le monde de l’agriculture est riche de nombreuses activités qui en font un univers pluriel et complexe : Les agriculteurs/artistes produisent des légumes et des idées de légumes. Les critiques culinaires et les historiens de l’agriculture analysent, conseillent, comparent les différents types de cultures, de productions et découvrent de nouvelles variétés. Les distributeurs de légumes les diffusent et les vendent. Il existe de nombreux lieux où les légumes, anciens ou récents, sont sélectionnés puis exposés et présentés de mille et une façon.

Les (étudiants) néo agriculteurs qui souhaitent embrasser cette noble activité sont conscients des difficultés inhérentes à sa pratique. Bien que produisant de magnifiques potagers certains maraîchers crèvent la dalle. D’autres, qui produisent à la chaîne des légumes sans saveur, mais très bien emballés dans des papiers brillants, sont à la tête de multinationales lucratives. 


Les étudiants de VIA FERRATA sont montés dans un bus conduit par leurs enseignants. Le bus est confortable (mais pas trop, il ne faut pas qu’ils n’aient plus envie d’en descendre), il est équipé de la Wifi et de sièges individuels. Le groupe est soudé, l’ambiance est au voyage, entre excitation et appréhension. Nous arpentons les routes et nous leur montrons des champs déjà labourés, des agriculteurs en train de travailler, de beaux légumes et des légumes sales (en leur disant que parfois les légumes n’ont pas l’air appétissant mais que ce sont les meilleurs, ce qui est difficile à comprendre quand on n'a pas commencé à cultiver soi même). Ils comprennent qu’il va falloir se salir les mains, les mettre dans la boue et retourner beaucoup de terre. 


Progressivement ils commencent à imaginer les contours de leurs champs, le type de légume qu’ils voudront y faire pousser, les outils qu’ils vont devoir maîtriser pour y parvenir. Nous continuons à rouler pour qu’ils découvrent d’autres espaces, d’autres possibilités. Nous espérons qu’ils réussiront à trouver une coopérative où ils pourront apprendre, grâce à d’autres agriculteurs expérimentés, à planter leurs champs et à cultiver leurs propres nourritures."



Le Site Internet de Luc Chopplet en cliquant ici.