11 juillet 2017

Promotion 2016/2017 : Résultats des concours d’entrée dans les écoles d’art

   © Anthony Micallef

Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.

20 juin 2017

Portes ouvertes VIA FERRATA



VIA FERRATA ouvre les portes de son atelier de Saint Ouen 
et expose les travaux de ses étudiants.
Vernissage le jeudi 22 juin 2017 à partir de 15h.
Portes ouvertes le vendredi 23 et le samedi 24 juin 2017, de 10h à 17h.

CAP SAINT-OUEN, 126 rue des Rosiers, 93400 Saint-Ouen



Les portes ouvertes de l'École des Beaux-Arts de Paris auront lieu du 29 juin au 2 juillet. Le programme est à retrouver sur ce lien.


Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici

15 juin 2017

Discussion avec les étudiants

Dépôt des dossiers artistiques, Beaux-Arts de Paris. © Anthony Micallef 

L'année scolaire 2016/2017 se termine pour la première promotion de VIA FERRATA. L'occasion d'une courte interview croisée avec certains étudiants.


Les concours d’entrée dans les écoles sont pour la plupart terminés cette année, peux-tu nous dire lesquels tu as tentés et comment ils se sont déroulés pour toi ? 


Raëd : J'ai demandé 5 écoles : ENSAD Paris, ESADSE (Saint-Etienne), les Beaux-Arts de Lyon, TALM et EESAB. J'ai été admissible aux trois premières, quant aux deux autres, l'admissibilité était directe. J'étais très confiant en mes capacités à l'oral et j'avais un peu peur des épreuves sur table. Finalement, ce fut l'inverse.
 
Pauline : Tours, le Mans, Lyon, Cergy et Paris. Tout s'est très bien passé. Mais c'est beaucoup d'organisation et de temps car il faut s'y déplacer, prévoir pour dormir etc. J'ai eu la chance d'avoir mes parents pour m'accompagner avec la voiture car mon dossier était très lourd et encombrant.   
Sinon c'est toujours très agréable de passer les concours, il faut y aller avec l'esprit positif, assuré, être content d'y être. 


Angela : La HEAR Strasbourg, les Beaux-Arts de Paris, de Cergy et de Lyon. Mes concours se sont globalement bien passés, la plupart des membres du jury étaient bienveillants et mettaient en confiance. Les épreuves n'étaient pas aussi compliquées que je l'aurais cru. 


Lucie : J'ai passé Les Arts décoratifs de Paris, les Beaux-Arts de Toulouse, les Beaux-Arts de Bordeaux ainsi que La HEAR (Strasbourg et Mulhouse). L'ENSAD était mon premier concours et le plus stressant. Je me suis laissé déborder, je l'ai loupé.
 Les concours pour l'ISDAT et l'EBABX se sont très bien passés. Les épreuves écrites ne sont pas vraiment mon truc mais je m'en suis bien sortie et les oraux se sont très bien déroulés.


Majorva : J'ai tenté le concours de L'EMCA à Angoulême (école d'animation 2d et 3d) et celui de la Waide Somme (école d'animation 3d reliée aux Beaux-Arts d'Amiens). Ça s'est plutôt bien passé, les épreuves écrites étaient très denses. 

Tatiana : J'ai tenté la HEAD Genève, les Arts décoratifs de Paris, la HEAR Mulhouse, TALM Angers et les Beaux-Arts de Paris. J'ai passé tous les oraux sauf celui de Paris. Les épreuves se sont super bien déroulées, en dehors de l'ENSAD où c'était vraiment les montagnes russes : je pensais avoir raté l'oral, mais finalement j'ai été admise ! 



Qu'est-ce qu'il y avait dans le dossier artistique que tu as présenté ? Quelles problématiques et quels médiums as-tu utilisé cette année ?
 
Willy : Il y avait des dessins, de la gravure, de la poésie, des créations sonores, des peintures et des traces diverses de mes performances. 


Pauline : Je me suis penchée sur des questions liées à la démographie, au nombre d’êtres humains recensés, sous un aspect faussement scientifique. Mais j'ai également travaillé sur des objets détournés. J'ai essayé de varier au maximum les médiums. Vidéo, installation, bricolage, peinture. La question de la présentation est à prendre très au sérieux et assez rapidement au début de l'année, elle passe vite et cela demande beaucoup de temps. La présentation peut faire la différence.  


Angela : Dans mon dossier artistique il y avait des peintures, des carnets, des photos et des sculptures. J’ai essayé de varier les techniques pour que mon dossier ne soit pas linéaire. Je me suis concentrée sur la question de l'identité, des origines familiales, lorsque que l’on n’habite pas dans le pays de ses origines. La construction de cette identité dans un pays étranger et ce que cela engendre. 


Méline : Mon dossier artistique comportait majoritairement des photos d'installations (en plein air ou dans des endroits clos). Je me suis interrogée sur la présence de l'individu. Dans mon travail, le corps est uniquement suggéré par des vêtements ou des silhouettes. J'ai expérimenté différents médiums comme la peinture sur papier bulle, le dessin au fusain, la peinture, la photo et la vidéo. 

Majorva : Pour l'EMCA, j'ai composé avec la contrainte des dossiers d'animation qui ont tous à peu près la même structure tout en devant refléter un univers personnel. Dans le mien il y avait surtout de l'observation (des gens, modèles vivants, mains, vélos, animaux, lieux..). Néanmoins avec mon projet de film j'ai pu montrer un peu mon style et les thèmes qui me tenaient à cœur. Cette année je me suis questionnée sur le mouvement, notamment dans certains sports de combats comme la boxe. Et à travers le sport j'ai voulu parler du dépassement de soi. 


Les concours nécessitent de présenter à l’oral ces travaux artistiques devant un jury, quel est ton souvenir le plus marquant lors de ces oraux ?

Willy : Lorsqu'un professeur m'a dit "à l’année prochaine" à la fin de l'un de mes oraux. 

Pauline : De voir un réel engouement de la part des jurys face à mon travail. Capter leur intérêt, dialoguer avec eux est pour moi une des finalités importante de cette année. 


L’année a été très dense. Pas trop éprouvante?

Pauline : Elle a été très dense oui, mais dense de ce qui nous anime, nous passionne, avec un objectif à la clé. On ne fait jamais trop de sacrifice pour une année comme celle-là, qui passe à vitesse grand V ! Il faut carburer dès le début et ne pas se relâcher.  

Lucie : Je suis bien fatiguée, mais pas le temps pour des vacances : je dois travailler pour payer mes études à.... Bordeaux, puisque je suis admise aux Beaux-Arts de Bordeaux!  

Tatiana : Je n'ai qu'une envie, c'est de recommencer. 

Raëd : Si, complètement. Mais je recommencerai demain si c'était possible. 


VIA FERRATA est intégrée aux Beaux-Arts de Paris, est-ce que cela t’as permis de rencontrer les acteurs de l’école ou de participer à des projets spécifiques ?

Willy : Oui, on a pu visiter les lieux de présentation des collections d’œuvres appartenant aux beaux-arts, rencontrer d'anciens étudiants de l’école, ainsi que certains professeurs, visiter des ateliers et assister à des conférences. 

Pauline : VIA FERRATA a cet avantage : on a pu assister à des cours donnés par des professeurs de l'école des Beaux-Arts notamment en cours de modèle vivant et en culture artistique. 

David : Le fait que la prépa soit intégrée aux Beaux-Arts de Paris m'a motivé pour atteindre mon objectif (réussir le concours d'entrée en première année) et permis d'affiner mon goût et mon orientation artistique en fréquentant la salle de morphologie et l'environnement général de l'École. 

Méline : VIA FERRATA m'a permis d'assister à des conférences de Didier Semin sur l'Histoire de l'Art et de rencontrer des professeurs chef d'atelier ainsi que leurs élèves, qui nous ont expliqué leur travail.


Quel est ton souvenir le plus marquant de l’année ?

Raëd : C'était aux alentours de janvier/février, le rush de l'année. Le dernier oral blanc que j'ai passé avec des profs. Je n'étais ni prêt, ni concentré. Après avoir échoué à expliquer mon travail, j'ai eu droit au sermon. Le plus pénible c'est lorsque l'un des jurys m'a questionné sur ma motivation. "Qu'est-ce que tu fais ici ?" Une question très simple à laquelle je n'arrivais pas à répondre. Le jury m'a libéré et j'ai pu aller me "réfugier" dans un coin. J'étais tellement à bout que je me souviens avoir pensé "Je déteste ces études". C'était un moment vraiment difficile, les études d'art vous pousse à travailler sur vous-même, ce que vous pensez, ressentez... 

Majorva : La rencontre avec Joan Sfar! Il m'a dit : "Si tu veux faire des films, fais des films". Un conseil qui a eu une résonance particulière pour moi. C'était vraiment bien de pouvoir lui montrer nos dessins et de savoir que les Beaux-Arts de Paris sont ouverts à la BD. 

Lucie : Le jour où nous avons été faire du Land Art en forêt de Fontainebleau. C'était au début de l'année et ça nous a permis de nous découvrir vraiment.

Méline : La visite au Palais de Tokyo, lorsque j’ai découvert l'artiste Tino Sehgal. Je n'avais jamais vu de performance, et c'était une expérience sociale assez intense, qui mettait le spectateur, les rapports humains au centre de l'œuvre. Cette exposition a enrichi ma réflexion autant sur le médium que sur la place du spectateur dans l’œuvre d’art.


Si tu devais résumer ton année en un (ou quelques) mot(s) ?

Angela : Expérimentale, enrichissante.

Pauline : Ascension.

Méline : Ascenseur émotionnel.

Majorva : Compliquée à certains moments, mais ça m'a fait grandir. Le cadre et l'immersion poussent à une productivité constante, je n'y étais pas du tout habituée. J'ai  beaucoup appris sur moi-même et sur le monde de l'art. 

David : Une année formidable comme je l'avais imaginé avant d'intégrer la classe préparatoire.

Tatiana : Liberté, cohésion, heureux. 

Lucie : Béquille.

Raëd : Je me suis trouvé, réellement. Je crois qu'il n'y a pas plus précieux lorsqu'on a 20 ans.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Raëd, admis à l’École Supérieure d’Art et de Design de Saint-Étienne et à l'École Supérieure des Beaux-Arts d’Angers.

Pauline, admise à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon, à l’École Nationale Supérieure de Nantes Métropole et à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Tours.

Angela, admise à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Willy, admis à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, à l’École Nationale Supérieure de Nantes Métropole, à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts du Mans et à la Villa Arson à Nice.

Majorva, admissible à l’École des Métiers du Cinéma d’Animation d’Angoulême et en attente de réponses pour des BTS en dessin d’animation.

Lucie, admise à l’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux.

Tatiana, admise à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, à la Haute École d’Art du Rhin de Mulhouse, à la Haute École d’Art et de Design de Genève et à l’École Supérieure des Beaux-Arts d’Angers.

Méline, admise à l’École Nationale Supérieure de Nantes Métropole et à l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges.  

David, admis à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.


Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.  

09 juin 2017

Liste des candidats admissibles pour l'année 2017-2018. Convocations aux entretiens individuels.


Les étudiants non admissibles, et n'ayant pas joint d'enveloppe de ré-expédition à leurs dossiers, sont invités à venir les récupérer à l’accueil scolarité de l'École du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 17h, jusqu'au vendredi 7 juillet 2017 inclus.

04 mai 2017

Visite de La Maison Rouge



Les étudiants de VIA FERRATA ont visité l'exposition Contre-culture 1969-1989 : L'esprit français à la Maison Rouge. Cette visite a été organisée et menée par Daphné Brottet, conférencière.

Lieu indépendant, inauguré en juin 2004 par Antoine de Galbert, galeriste grenoblois et collectionneur, la Maison Rouge était originellement une friche industrielle sur laquelle subsistait une maison familiale. Celle-ci fut conservée et peinte en rouge (comme par pulsion, explique-t-il) pour y proposer une vision de l'art différente de celle des institutions françaises.

En effet, la Maison Rouge – située boulevard de la Bastille (12ème arr. de Paris) – promeut diverses façons de concevoir et de montrer l'art contemporain. Comme son nom l'indique, il s'agit d'une maison : lieu de la domesticité et de l'intimité mais aussi lieu d'introspection et de sociabilité. Rouge est le symbole de la vie, de la passion. Définie ainsi par son Président-fondateur, la Maison rouge est devenue le lieu où les subjectivités se révèlent par l'entremêlement des grands courants et des marges de l'histoire de l'art. Il s'agit ici de faire coexister l'art brut et l'art contemporain, l'art primitif et l'art populaire, les avant-gardes et les dissidences. Pour Antoine de Galbert, ce choix s'impose comme antithétique aux hiérarchisations et cloisonnements observés dans les différents milieux de l'art.

Ainsi, l'équipe de la Maison rouge décide de déployer sur 2000 m2 trois à six expositions chaque année du rez-de-chaussée aux sous-sols. Celles-ci sont accompagnées d'une programmation d'événements (conférences, projections de films, performances, concerts, visites guidées ...) en collaboration avec plusieurs structures culturelles et associatives. Outre les vastes espaces d'exposition composés par l’architecte Jean-Yves Clément, ce lieu a gardé les éléments du style industriel et de l'habitation individuelle par l'aménagement du patio et de la cuisine afin d'y proposer un endroit convivial. Une librairie d'ouvrages sur l'actualité de l'art, la collection et des livres d'artistes rares jouxte l'entrée du lieu. Le rythme des expositions alterne entre monographies et projets thématiques ... et, ce, au moins jusqu'en 2018 ! Car, comme l'a annoncé son fondateur il y a peu de temps par newsletter aux abonnés et au regret général, la Maison rouge fermera ses portes dans un an. Alors, avant que tout ne cesse, les étudiants de VIA FERRATA ont eu l'occasion de découvrir un autre lieu indépendant.

" On fait ce qu'on veut et c'est la caractéristique de la Maison rouge." Antoine de Galbert

Ce principe de liberté annoncé en ligne éditoriale de tous les projets réalisés pendant plus d'une décennie pourrait apparaître en frontispice de la nouvelle exposition Contre-culture 1969-1989 : L'esprit français. Cette exposition conçue par deux curateurs indépendants, Guillaume Desanges et François Piron, révèle au
public l'après mai 68 en France qui a poursuivi la contestation et, plus encore, la remise en question des fondements de l'éducation, du politique, de l'art, du travail, des pratiques scientifiques, philosophiques et de santé – notamment en psychiatrie – ainsi que les débats concernant les lieux d'enfermement. De ce fait, les déclarations et les productions de quelques libertaires underground croisent celles de personnalités médiatisées. La vie et l'Œuvre du Marquis de Sade ouvrent les possibles créatifs pour une liberté d'expression sans concession. Les frontières du beau, du trivial, du bon, du mauvais, du banal cessent d'apparaître comme point de référence à ce qui discrimine. En corrélation avec les objets présentés, l'agencement proposé par les commissaires ne privilégie aucune discipline en particulier.


" Un sentiment profond sous-tend ce livre et l'exposition qu'il accompagne : c'est par ses marges que la France a produit ce qu'elle a de meilleur." Guillaume Desanges et François Piron

Constituée de nombreux documents d'archive (visuels, sonores, en film, sur papier, tissu, carton, en original ou issue du détournement ... ) aux formats variés et de réalisations plastiques d'artistes que l'histoire de l'art retient mais aussi d'œuvres de ceux pour qui l'anonymat ou le quasi anonymat persiste, cette exposition sème le trouble dans le genre ! En effet, la visite de ce projet qui mêle sans hiérarchisation verticale tout ce qui pouvait changer la vie d'une manière (humoristique) ou d'une autre (brutale) nous a emmené vers une exploration de la déterritorialisation.  
Le Do It (Yourself) ! permet la création de nouvelles situations. Aussi a-t-on vu sous différentes formes, diverses façons de produire des contre-pouvoirs aux carcans les plus notoires et sous-jacents de la société de ces années-là. Cependant, si les diverses déconstructions n'ont pas fait table rase de tout, un pas de côté à été réalisé. Cette exposition est aussi la mise en œuvre de celui- ci. Depuis l'émergence de l'université de Vincennes aux revues féministes, homosexuelles, transgenres, pamphlétaires et érotiques, l'art tente de se frayer un chemin hors des structures des avant-gardes. Tel était le point nodal de notre visite : discerner tout en ne cloisonnant pas ce qui appartient au champ de l'art de ce qui l'excède et qui crée l'époque. Aussi, pour cette dernière visite, les avis furent plus que partagés.

Les plus curieux de savoir jusqu'où une telle déroute peut conduire furent récompensés par la découverte de l'œuvre de Claude Lévêque, Conte cruel de la jeunesse (1987), et suscita l'enthousiasme. Sur la chanson des Bérurier noir, groupe punk mythique, ami de l'artiste plasticien, et côtoyant dans l'avant-dernière salle d'exposition les productions de Bazooka (anciens étudiants des Beaux-arts de Paris ...), les derniers protagonistes de l'aventure curatoriale ont fait l'expérience de l'hétérogénéité des devenir(s).

Texte : Daphné Brottet
Photos : © Anthony Micallef


Le site Internet de La Maison Rouge en cliquant ici .


Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici. 

06 avril 2017

Modalités de candidature


Les candidats doivent envoyer un dossier de candidature complet en suivant la procédure fixée par le calendrier, qui sera rendu public sur le site internet de l’École ainsi que sur celui de VIA FERRATA, au mois de janvier de chaque année.
Après un premier examen des dossiers par un jury, les étudiants sélectionnés sont convoqués pour un entretien individuel. La liste des étudiants admis dans la classe préparatoire est communiquée à l'issue de ces entretiens.

 
Les candidats doivent déposer leur dossier à l'accueil scolarité de l'École ou l'envoyer par courrier simple ou par colissimo en livraison sans signature, à l'adresse suivante :



- Concours classe préparatoire VIA FERRATA -
École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris
14 rue Bonaparte
75006 Paris


Le dossier de candidature doit impérativement comprendre :

  • Une fiche de renseignement dûment complétée, à retirer à l’accueil scolarité de l’École ou téléchargeable sur le lien suivant.
  • Une photocopie de pièce d'identité (carte nationale d'identité ou passeport).
  • Une photocopie du dernier diplôme obtenu (si bachelier).
  • Une photocopie de la notification de bourse 2016 / 2017 s'il y a lieu (documents et informations sur le site APB et sur le site Internet du CROUS).
  • Une lettre de motivation manuscrite, de deux pages au maximum.
  • Un dossier artistique.
  • Une enveloppe de réexpédition libellée et affranchie.  
  • Un chèque d’un montant de 26 € pour les frais de participation aux épreuves d’admission, à l’ordre de l’agent comptable de l’ENSBA. Le nom et le prénom du candidat doivent être inscrits lisiblement au dos du chèque.
 Les dossiers dépassant le format indiqué ne seront pas acceptés. Les dossiers incomplets ou transmis hors délai, ne seront pas examinés.
 

Composition du dossier artistique :

 

Le dossier artistique est constitué de travaux personnels originaux et de reproductions.
 

  • Il comprend au maximum 10 éléments.
  • Les travaux de dessin, peinture, photographie et reproductions doivent tenir dans un dossier qui n’excédera pas le format A3 (42 x 29, 7cm).
  • Les carnets de croquis et les éditions artistiques, même s’ils regroupent plusieurs projets et réalisations, ne sont comptabilisés que comme un seul élément.
  • Les œuvres en volume sont présentées sous forme de reproductions photographiques.
  • Les images animées et les images numériques sont présentées sur une clé USB ou DVD-R, les vidéos devant être lisibles en format Quick Time ou VLC.
  • L'ensemble des travaux présentés doit être regroupé dans un seul dossier, aisément manipulable.
Les candidats seront invités à venir récupérer leur dossier. La réexpédition du dossier artistique par l'École nécessite une enveloppe d'un format adéquat, suffisamment affranchie. Celle-ci doit être jointe impérativement au dossier de candidature. À défaut, passé le délai de conservation de rigueur, les dossiers non récupérés seront détruits.

Pour connaitre le calendrier des inscriptions 2017 / 2018, veuillez consulter cet article.
Pour connaitre les conditions d'admission, veuillez consulter cet article.


L'inscription sur le site APB n'est pas nécessaire pour l'admission à VIA FERRATA.

Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici
 

31 mars 2017

Instantanés niçois

La période des concours d'entrée pour les écoles d'art a débuté. Certains étudiants de VIA FERRATA étaient à Nice pour passer celui de la Villa Arson.

© Anthony Micallef


Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.

29 mars 2017

Article paru sur Le Monde.fr / Campus

From Here to Ear, Céleste Boursier-Mougenot, Beaux-arts de Paris, 2002. © MAXIMILIEN LAMY / AFP

 

Très attractives, les écoles d’art deviennent plus sélectives

 

Alors que de nombreux candidats passent aujourd’hui par des prépas, la cinquantaine d’établissements d’arts plastiques tente toutefois d’assurer de la diversité dans leur recrutement.

En cette fin de mois de mars, l’École supérieure des beaux-arts de Nîmes (Esban) est en pleine ébullition, période de recrutement oblige. Entre le concours d’entrée en première année, les commissions d’admission en deuxième année ou au niveau master, « ça coince un peu cette semaine », sourit Christelle Kirchstetter, la directrice générale de l’école. D’autant plus qu’un nombre croissant de candidats se présente d’année en année : « Plus de 50 % sur trois ans. » Rien que pour la première année, ils sont 140 candidats… pour trente places. Malgré la forte sélection qui s’impose, « notre ambition est de continuer à conjuguer bienveillance, diversité et excellence de nos élèves », résume-t-elle.

Conjuguer diversité et excellence, la question taraude la cinquantaine d’écoles supérieures d’art qui dépendent du ministère de la culture, communément appelées beaux-arts. Des écoles diverses et variées, tant en termes de profil (trente-quatre écoles « territoriales » financées par les collectivités, onze écoles « nationales »), que de taille ou de notoriété, qui forment aujourd’hui quelque 11 000 étudiants. A l’issue d’une sélection souvent aussi intense que bien d’autres grandes écoles.

Les taux d’admission en première année sont par exemple de 21 % à Nîmes, 45 % à Limoges, 30 % à Clermont Ferrand 20 % à Nancy 18 % à Dijon, 12 % à Paris, 10 % à Lyon, 8 % à Strasbourg et Mulhouse, etc. Et seulement 3,5 % des candidats sont finalement admis aux prestigieux arts décoratifs à Paris (Ensad). A titre de comparaison, ils sont 14,5 % parmi ceux qui passent le concours de Sciences Po.

 

Des écoles « qui ne font plus peur »

En cause, une augmentation du nombre de candidats ces dix dernières années, expliquent les directeurs d’écoles. Tant auprès des écoles que du ministère de la culture, Le Monde n’a pas été en mesure d’obtenir des données complètes illustrant cette hausse des inscriptions. Mais « depuis que les écoles d’arts sont entrées dans le système européen LMD [licence, master, doctorat], nos formations ne font plus peur aux parents, assure Emmanuel Tibloux, directeur de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon (Ensba) et président de l’association qui regroupe toutes ces écoles (l’Andea). Elles se sont normalisées aux yeux de la population, créant un appel d’air ».

L’amélioration de l’insertion professionnelle des diplômés aurait aussi joué, entre autres portée par le développement de la spécialité design dans les écoles. « La valorisation de la créativité et de l’innovation dans les discours dominants » a fait le reste.

Aujourd’hui directeur artistique et plasticien, Camille, 32 ans, est un ancien des arts déco, d’où il est sorti en 2012. Il se souvient que « le concours pour y entrer était si technique que le passage en prépa était quasi obligatoire ». Il choisira l’une des deux prépas privées les plus connues en France, et paiera les 6 000 à 7 000 euros d’inscriptions nécessaires.


Passage par la case prépa

A la fois cause et conséquence de la hausse du nombre de candidats, le passage par la classe prépa a en effet tendance à se généraliser chez les candidats, et donc chez les admis, des écoles d’arts plastiques. De 15 % du total des élèves pour les moins concernées, jusqu’à près de 80 % pour les formations les plus demandées : comme à l’Ensba de Lyon, aux arts déco ou aux beaux-arts de Paris. « On n’entre pas à l’Ecole normale supérieure sans avoir fait hypokhâgne ou khâgne, ni dans les grandes écoles scientifiques sans être passé par “maths sup-maths spé” », justifie Didier Semin, le directeur des études des beaux-arts de Paris.

La classe prépa, comme son équivalent Manaa (mise à niveau en arts appliqués) pour les écoles d’arts appliquées, sert aussi à combler le manque de culture et de pratique artistique des bacheliers, selon certains directeurs d’école. En cause, la place réduite et le peu d’importance accordée à l’art dans l’enseignement secondaire, plaident-ils.

Alexia, aujourd’hui designeuse de 28 ans à Paris, est passée par l’Ecole supérieure d’art et de design d’Amiens (ESAD). Mais, sortant d’un bac S, elle « ne connaissait rien au monde de l’art, (…) l’année de préparation [privée pour elle aussi] permet d’acquérir les bases d’histoires de l’art, de la curiosité et de la pratique pour pouvoir présenter un book cohérent et répondre aux exigences de connaissances demandées aux concours ».
  

Uniformisation des candidatures et des profils

Cette progressive généralisation d’une année de préparation à des concours dont les places sont devenues chères, ne se fait pas sans poser une question de fond aux écoles : celle du risque d’une uniformisation des candidatures et des profils préformés dans les mêmes établissements privés, souvent situés dans les grandes villes.

« Il y a quelques années, beaucoup de jurys se plaignaient de recevoir toujours le même type de dossiers, les mêmes explications, de la part des élèves des classes privées », se souvient Estelle Pagès, directrice des études d’arts plastiques à la Haute école des arts du Rhin (HEAR), situation qui « s’est toutefois améliorée depuis ». Alors que nous « cherchons des profils riches, des personnalités, des singularités artistiques en devenir », rappelle-t-elle.

C’est entre autres pour cette raison que les écoles supérieures d’art se sont rapidement investies dans le développement des classes préparatoires publiques, dont les coûts d’inscription sont de quelques centaines d’euros. « Les directeurs pédagogiques de ces prépas sont beaucoup plus en lien avec les écoles d’arts, connaissent leurs attentes », explique Estelle Pagès. Aujourd’hui à la HEAR, si la moitié des élèves est passée par une classe prépa, ils sont issus à parts égales de prépas privées et de prépas publiques. Une bonne performance de ces dernières vu leur nombre.

« Avec dix-neuf classes aujourd’hui, pour quelque 450 élèves, elles deviennent une vraie alternative aux privées », veut croire Emmanuel Hermange, président de l’association nationale des classes préparatoires publiques aux écoles supérieures d’art. Elles restent cependant très minoritaires en termes d’élèves concernés : les deux prépas privées les plus connues brassent à elles seules plus de mille élèves par an.

Organiser la diversité

La classe préparatoire des Arcades, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), qu’Emmanuel Hermange dirige ne désemplit pas : « On est passé de 200 candidats il y a cinq ans, à 370 en 2015. » Conséquence de ce succès porté par de bons taux de réussite des prépas publiques : la sélection pour entrer va d’« un admis pour cinq candidats à un pour dix selon les établissements ». Le nombre de prépas publiques pourrait atteindre vingt-cinq établissements à l’horizon 2025. La petite dernière, Via Ferrata, a ouvert ses portes aux beaux-arts de Paris à la rentrée.
« Il y a un souhait global dans les écoles de diversifier les origines sociales et les profils des étudiants » résume Emmanuel Hermange. Toutes les écoles interrogées confirment cette tendance. « On réfléchit à permettre, dans le futur, aux prépas publiques de sélectionner entre zéro et quatre élèves de leur effectif, à qui l’on dispenserait le passage de nos épreuves d’admissibilité », commente ainsi Emmanuel Fessy, directeur des études de l’Ensad. Il voit dans ces prépas publiques, réparties sur tout le territoire, aussi une manière de diversifier géographiquement son recrutement.

Afin de diversifier les profils, les écoles d’arts plastiques publiques s’attachent aussi à maintenir, voire à augmenter, le nombre de candidats autorisés, par dérogation, à passer les concours d’entrée sans le bac. Mais aussi à développer les passerelles ou voies d’accès à ceux ayant déjà eu un parcours dans le supérieur.

« Il ne faut pas oublier que l’année supplémentaire que constitue la prépa peut faire peur aux familles les plus modestes, explique Muriel Lepage, directrice de L’Ecole supérieure d’art de Clermont Métropole, où 58 % des élèves sont boursiers. Aujourd’hui 95 % des artistes et designeurs sont formés par une école. Assurer la diversité dans les écoles aujourd’hui, c’est donc aussi diversifier l’art et le monde de demain. »
Par
Retrouvez l'article sur Le monde.fr en cliquant ici.

Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici. 

28 mars 2017

Visite du BAL

Les étudiants de VIA FERRATA ont visité Le BAL et l'exposition Again and again de Stéphane Duroy. Cette visite a été organisée et menée par Daphné Brottet, conférencière.

Le BAL, lieu indépendant dédié à l’image-document contemporaine, situé dans le 18è arrondissement de Paris (Place de Clichy), tient son nom d’un ancien établissement de plaisir, un "hôtel d’amour" contenant une salle de bal et un cabaret construit dans les années 1920. Cet endroit, retrouvé à l'état de friche en 2007, a fait l’objet d’une restructuration conséquente par les architectes Caroline Barat et Thomas Dubuisson.
Né du désir de créer une plate-forme d’exposition, de production, d’édition et de pédagogie par Raymond Depardon et Diane Dufour, LE BAL dispose d’une salle d’exposition sur deux niveaux (rez-de-chaussée et sous-sol), d’une librairie et d’un restaurant. Depuis 2010, il propose des projets curatoriaux hétérogènes interrogeant différents aspects de notre société, relançant les débats sur les relations de visibilité et de lisibilité d’une époque complexe aux géographies multiples. S’agissant de photographies, d’éditions, de nouveaux médias, de films vidéo ou de cinéma, les expositions du BAL dévoilent les "écritures du réel". Chacune, accompagnée d’une programmation de projections, de rencontres et de conférences, se fait l’écho des turbulences de ce monde du point de vue des artistes engagés dans les entrelacs du politique et de l’esthétique.



Depuis le mois de janvier, une partie de l'Œuvre du français Stéphane Duroy succède à la magistrale exposition Provoke qui révélait les interventions artistiques et citoyennes contestataires du Japon des années 1960 à travers les trois numéros de la revue éponyme. Par contraste à celle-ci, loin du bruit révolutionnaire et des mouvements de foule, cette exposition reflète les relations intrinsèques de la photographie au réel à partir de celui qui saisit les traces d'un passé marqué à jamais par les conflits et les désillusions du XXème siècle de part et d'autre de l'Atlantique. En effet, s'il se considère plus lucide que pessimiste, Stéphane Duroy a une conscience aiguë de l'histoire contemporaine, de son imbrication avec les récits individuels et du devoir collectif de mémoire. La singularité de son regard sur le monde l'éloigne rapidement des conventions de la pratique photographique journalistique, et, ce, bien qu'il soit reconnu comme photo-reporter. De ce fait, il devient opportun de signifier la difficulté d'écrire l'histoire avec la photographie qui est "l'écriture de la lumière" .

Alors, avec les étudiants, nous avons retrouvé le chemin de ce photographe atypique (volontairement provocateur avec le médium) dans une Europe dévastée par les deux guerres mondiales, une guerre froide, une descente économique jusqu'à la misère de nombreux ouvriers anglo-saxons de l'ère thatchérienne. Nous avons étudié les particularités de composition, l'attitude physique du photographe - indiquant la nature horizontale et émotionnelle de son rapport au monde - ainsi que l'accrochage. De plus , les qualités plastiques de quelques tirages en n&b et sa façon de traiter ceux en couleur laissant percer le rouge vif des douleurs de notre époque nous a aussi permis de déceler son intérêt pour l'Histoire de l'art, précisément la peinture à laquelle il se réfère constamment.
De la chute du Mur aux mines de charbon et ses mineurs, le silence pèse comme un couvercle !


Avec la collaboration du scénographe-régisseur, Cyril Delhomme et des curatrices Diane Dufour (directrice) et Fanny Escoulen, Stéphane Duroy nous plonge dans une ambiance contrastée sur les deux plateaux du lieu. Ainsi, à la dialectique de la présence/absence esquissant par la même l'influence brechtienne au rez-de-chaussée, nous sommes retrouvés au sous-sol pour découvrir un travail de peinture, un Work In Progress. Cette partie de l'exposition montre ce qui se joue et se rejoue du côté de l'Amérique et surtout ce que Stéphane Duroy tente de déjouer en tant qu'artiste. Alors que nous avions appris des quarante années d'un travail photographique soigneusement sélectionné, nous faisant pénétrer dans la "substantifique moelle" de ses préoccupations, nous avons découvert une réalisation plastique tout en prodigalité à partir de cent exemplaires récupérés de son ouvrage Unknown.Cette remarquable édition de photos traitant de l'exil, du nomadisme et du revers de l'"american dream" (parue en 2007) s'appréhende dans la droite ligne d'un Robert Frank et d'un Walker Evans.
Cependant, si l'œuvre photographique de Stéphane Duroy est de faire "silence lorsqu'elle fait image", le dispositif installé en sous-sol est, quant à lui, "très bavard" selon Annabelle Grailhe et quelques autres étudiants. Soulignant l'audace et la radicalité du plasticien de reconsidérer son œuvre plutôt que de la gérer, les jeunes artistes ont été malgré tout peu convaincus par le déploiement des exemplaires retravaillés dans cet espace visuel et sonore. 
Les Tentatives d'épuisement d'un livre aiguisent les esprits critiques ...
Texte : Daphné Brottet
Photos : © Anthony Micallef

Le site Internet du BAL en cliquant ici.


Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.

20 mars 2017

Visite du Musée d'Orsay



Les étudiants de VIA FERRATA ont visité le Musée d'Orsay. Cette visite a été organisée et menée par Hortense Longequeue, historienne de l'art au service des collections des Beaux-Arts de Paris.

"L'histoire du musée, de son bâtiment, est peu banale. Situé au coeur de Paris, le long de la Seine, face au jardin des Tuileries, le musée a pris place dans l'ancienne gare d'Orsay, un édifice construit pour l'exposition universelle de 1900. Ainsi le bâtiment est, en quelque sorte, la première "oeuvre" des collections du musée d'Orsay qui présente l'art des quelques décennies qui s'écoulent entre 1848 et 1914."

Exposition en cours :   

Au-delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky.  

"Rechercher un ordre situé au-delà des apparences physiques, dépasser les réalités matérielles pour approcher les mystères de l'existence, expérimenter l'oubli de soi-même dans l'unité parfaite avec le cosmos… L'expérience mystique a tout particulièrement inspiré les artistes symbolistes de la fin du XIXe siècle qui, en réaction au culte de la science et au naturalisme, ont choisi de suggérer  l'émotion et le mystère. Le paysage apparaît alors aux artistes comme le support privilégié de leur quête, lieu par excellence de la contemplation et de l'expression des sentiments intérieurs."
Emile Bernard, Madeleine au Bois d’Amour, 1888 

Le Site Internet du Musée d'Orsay en cliquant ici.


Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.

10 mars 2017

Travaux d'étudiants

Willy Guene


Nicolas Belrain

Aurélie Albiges

Varti Eva Wanis

  Angélique Glinel

 Lassana Sarre                                                                              Fabien Conti

  Gaël Cubillé                                                                                Tatiana Da Silva Vaz

PHOTOS © Anthony Micallef

 
Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.

08 mars 2017

Visite de l'exposition "L'Effet Vertigo" au MAC VAL



Les étudiants de VIA FERRATA ont visité le Musée d'art contemporain du Val-de-Marne et l'exposition "L'Effet Vertigo". Cette visite a été organisée et menée par Daphné Brottet, conférencière.

Situé à Vitry-sur-Seine (94), le Mac Val est le premier musée consacré à la scène artistique contemporaine en France depuis les années 50 jusqu'à nos jours. Reprenant les bases de l'architecture moderne du Style International instauré par Le Corbusier, l'édifice dispose d'un centre de documentation et de vastes espaces pour les expositions temporaires, les événements ponctuels organisés par l'équipe et les curateurs, les critiques et les artistes invités ainsi que pour les résidences. Conçu par l'atelier d'architecture Jacques Ripault et Denise Duhart, il a été inauguré en 2005.
Pour ses 10 ans d'existence, Alexia Fabre, Directrice du Musée, Conservatrice en Chef, décide de célébrer ce tournant par une exposition de la collection sous l'angle de l'Histoire, des histoires, et du regard porté sur elles depuis le champ de l'art contemporain. En effet, dès 2015, l'exposition "L'Effet vertigo" révèle par la métaphore en quoi il est question d'un double mouvement du regard, du sens et des significations. Son titre renvoie directement au procédé cinématographique inventé par le réalisateur anglais Alfred Hitchcock. L'effet vertigo consiste en la combinaison d'un travelling de la caméra additionné à un zoom de sens opposé au sein d'un même plan. Ce dernier vise à faire ressentir le vertige, l'effroi ou la fascination d'une situation au spectateur. 


Ainsi, c'est dans ce mouvement complexe convoquant le visible et l'invisible, le notoire et l'évocation, le proche et le lointain, l'intime et le collectif que se joue la scénographie de l'exposition à travers de nombreuses œuvres d'importance. Avec les étudiants, nous avons pris place dans la partition en vue de comprendre le projet, les œuvres qui le constituent mais aussi la nécessité de notre présence. Spectateurs et créateurs, les étudiants se sont sentis interpellés par les réalisations de Xavier Veilhan, Felice Varini, Renaud Auguste- Dormeuil, Antoinette Ohannessian, Nøne Futbol Club, Pascal Convert, Lahouari Mohammed Bakir, Mélik Ohanian, Jean-Luc Vilmouth, Mathieu Kleyebe Abonnenc, Présence Panchounette, Stéphane Thidet, Gina Pane, Annette Messager, Esther Ferrer, Jean-Luc Verna, Orlan, Christian Boltanski, Michel Journiac ...
Se déroulant comme un récit « où les œuvres portent et sondent les sujets du regard, du modèle, de l’interprétation, de la relecture, de la revisite », le parcours nous a convié à une traversée des territoires géographiques, philosophiques, plastiques et politiques. De plus, le dispositif de médiation (audiophones, minis vidéos à consulter, documents papiers et cartels synthétiques) mis en place au sein du display nous a permis de découvrir les différentes façons d'exprimer les enjeux esthétiques de quelques démarches artistiques et ont créé les circonstances pour générer de la disponibilité, une lecture interprétative ouverte et construite en groupe, adaptée et trouvant un écho individuellement. Ainsi, en nous prêtant au jeu de l'étude de propos (oraux) d'artistes vis-à-vis de leurs œuvres, c'est notre rapport au monde dans son entier que nous avons mis à l'épreuve ; et, le souvenir de la pensée de Maurice Merleau-Ponty surgissant à travers cette phrase : « Le regard obtient un certain nombre de choses selon la manière dont il les interroge, dont il glisse ou appuie sur elles. »
A l'étage - espace consacré au projections de films sur des écrans suspendus - une discussion s'est engagée face à What Shall We Do Next (séquence #2) et plus largement sur l'Œuvre entier de Julien Prévieux. Nous remémorant la rencontre avec lui en novembre dans les ateliers de Saint-Ouen, ces ultimes échanges ont conclu notre séance.
Texte : Daphné Brottet

visuels : Stéphane Thidet, La Crue, 2010
              Philippe Mayaux, Ligne du Masozoïque, 2010-2013



Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici 

27 février 2017

L'atelier de VIA FERRATA à Saint Ouen




  
© Anthony Micallef


Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.