31 janvier 2017

Zoom sur le travail d'un étudiant : Nathan Bertet

© Anthony Micallef

Régulièrement nous mettons l'accent sur le travail, en cours de réflexion et de réalisation, de l'un des étudiants de VIA FERRATA.
Aujourd'hui : Nathan Bertet

"Mon travail de peinture est centré sur l'idée du mythe et de ses moyens d'expression.

J'ai commencé à m'intéresser à la mythologie biblique. Ce sont les gravures de Gustave Doré (divine comédie de Dante, paradis perdu de Milton) qui m'ont donné envie de me pencher à mon tour sur certains mythes fondateurs de cette religion, pour les représenter à ma manière.
J'ai choisi un mode de représentation adaptée : des figures simplifiées et des aplats de couleur, afin de sacraliser les figures présentées, à la manière des peintures médiévale et accompagnées d'une phrase " pâteuse " à la signification plus ou moins cachée permettant une autre forme de narration. Les phrases sont en anglais et je les écris moi-même, ce qui permet une ré-interprétation totale. J'écris en anglais, car j'écoute de la musique et regarde des films la plupart du temps en anglais. Cette langue me semble naturellement poétique et donc parfaite pour ce que je veux raconter.

De ce travail sur la bible, je suis parti dans une autre direction, plus personnelle. J'ai décidé de reprendre cette écriture mythologique que j'ai développé pour la bible pour raconter ma propre mythologie, pour donner à mes histoires et mes souvenirs une dimension sacrée par leur représentation. Dans un premier temps j'ai choisi une figure centrale reprenant les codes de l'icône, entourée de tâches rappelant les vitraux des églises et j'ai gardé l'idée de cette phrase narrative. Les tâches jonglent entre abstraction et figuration, c'est cette limite qui m'intéresse et ce sont les éléments secondaires qui permettent de situer et raconter les éléments annexes de l'histoire, pour certain quasi illisibles, mais présents malgré tout."


Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.

28 janvier 2017

Prix du Mécénat Culturel

Le 25 janvier, la Fondation SNCF a reçu le Prix du Mécénat Culturel dans la catégorie "Enseignement supérieure et Culture", des mains de Madame la ministre de la Culture et de la Communication Audrey Azoulay, pour son soutien à VIA FERRATA, la classe préparatoire intégrée des Beaux-Arts de Paris.

 

Pauline, Fabien, Angélique et Varti-Eva, étudiants de VIA FERRATA, au ministère de la Culture et de la Communication lors de la remise du Prix du Mécénat Culturel.


Patrick Jeantet, président délégué du directoire de SNCF, président de SNCF Réseau et président de la Fondation SNCF.
Jean-Marc Bustamante, directeur des Beaux-Arts de Paris.










Suivez  en direct l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.

27 janvier 2017

Calendrier des inscriptions 2017 / 2018

© Anthony Micallef


Calendrier des inscriptions 2017/2018 pour VIA FERRATA / Beaux-Arts de Paris, classe préparatoire publique aux examens et concours d’entrée dans les établissements supérieurs d’enseignement artistique.


•    Dépôt des dossiers de candidature à l’accueil scolarité de l’École des Beaux-Arts de Paris (14, rue Bonaparte 75006 Paris), ou envoi par la poste (cachet de la poste faisant foi), au plus tard le lundi 22 mai 2017.

•    Examen des dossiers de candidature par le jury les 6, 7 et 8 juin 2017 
Les candidats admissibles seront informés par voie électronique.

•    Entretiens avec le jury pour les candidats admissibles les 26, 27 et 28 juin 2017.

•    Publication des résultats des admissions en classe préparatoire le 04 juillet 2017.


Pour connaitre les modalités de candidature et la composition du dossier, veuillez consulter cet article.
Pour connaitre les conditions d'admission, veuillez consulter cet article.

L'inscription sur le site APB n'est pas nécessaire pour l'admission à VIA FERRATA.
  

Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici 

21 janvier 2017

Workshop avec Caroline Dubois

 
 Simon Hantai, Étude, 1969

Du 13 au 17 février 2017, les étudiants de VIA FERRATA ont participé à un Worshop écriture, animé par Caroline Dubois.


Compte-rendu du Worshop :

Jour 1 : L'idée de départ :
 
L'idée de départ est de faire percevoir aux étudiants ce que l’on pourrait appeler une écriture « poétique », c’est-à-dire comment contourner l'ordre habituel du langage. 
Caviardage, Buraglio, Perec, Cerith Wyn Evans, Symrin Gill.

Jour 2 : Oui, mais...
La tentative de renversement poétique se heurte aux exigences du calendrier, aux impératifs auxquels sont confrontés les étudiants. 

Simon Hantaï.

Jour 3 : Sauf que...
Aujourd'hui, la poésie n'est pas rentrée par la fenêtre ; aujourd'hui l'actualité n'était pas poétique, elle est pragmatique et d'urgence absolue. Du coup, relire un paragraphe, trouver un titre, permuter deux bouts de phrases, changer de mot pour un autre, et alléger toujours. Entre la poésie et le réel, aujourd'hui c'est le réel qui gagne : c'est bien aussi.

Jour 4 : C'est bien mais...
Ce matin on commence par en écouter un peu, puis on y va, chacun selon le style de texte qu'il cherche à produire, (ciseaux, cutter et colle pour les uns, ordinateur pour les autres).

Christophe Tarkos, Charles Pennequin, Olivier Cadiot, William Burroughs, Brion Gysin, Rimbaud/Cézanne.

Jour 5 : Et encore...
Nous commençons par écouter de la poésie avant d'en fabriquer, et puis chacun y retourne, et c'est déjà la fin alors que rien n'est fini... C'est la règle. 

Inger Cristensen, Charles Reznikoff, Gertrud Stein sur Picasso.


Biographie de Caroline Dubois :
Née en 1960. Vit et travaille à Paris. A étudié la littérature à l'université de Paris X. Enseigne dans différentes écoles d'art. A publié plusieurs livres de poésie dont  comment ça je dis pas dors, (Éd. P.O.L.), c'est toi le business, (Éd. P.O.L.), Malécot, (Éd. contrat maint), Arrête maintenant, (Éd. L'Attente), je veux être physique, (Éd. Farrago).


Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.


13 janvier 2017

Visite de la Cité de la musique - Philarmonie de Paris



Les étudiants de VIA FERRATA ont visité aujourd'hui les deux expositions temporaires (-MMM- et Ludwig van, le mythe de Beethoven) de la Cité de la musique - Philarmonie de Paris. Cette visite a été organisée et menée par Daphné Brottet, conférencière.


La Cité de la musique imaginée par Christian de Portzamparc (1984-1995) déploie plusieurs espaces pour le public et les professionnels : une salle de concert conçue en collaboration avec Pierre Boulez, un amphithéâtre, des studios d'expérimentations et de productions, un musée (l'un des plus conséquent en Europe), et une médiathèque. 
La Philharmonie de Paris, créée par Jean Nouvel, vient compléter la proposition artistique et pédagogique de la Cité de la musique depuis 2015. Ce Bâtiment, en hommage à l'architecte Claude Parent (et la fonction oblique), abrite la « Grande salle de concert – Pierre Boulez » - ainsi nommée depuis le décès de ce dernier en 2016, conçue par Jean Nouvel et Brigitte Métra, en collaboration notamment avec l'acousticien Yasuhisa Toyota -, des salles de répétition, des espaces pédagogiques, une salle de conférence, un café, un restaurant pour une vue panoramique et un vaste espace consacré aux expositions temporaires au rez-de-chaussée. Ce haut lieu de toutes les musiques reçoit de nombreuses formations nationales et internationales. Situé dans l'Est parisien (Porte de Pantin) sur le Parc de la Villette (élaboré par l'urbaniste-architecte Bernard Tschumi), les deux bâtiments de la Cité de la musique - Philarmonie de Paris permettent de «repenser la place du concert dans nos vies», la découverte et l'exploration de divers projets pluridisciplinaires à partir de l'univers large de la musique et des créations sonores.

Ainsi, les étudiants de VIA FERRATA ont découvert le projet -MMM-, une expérience artistique menée par Matthieu Chedid et Martin Parr depuis 2015 grâce aux Rencontres d'Arles (Festival annuel et estival consacré à la photographie internationale). En effet, après une première expérience dans la Chapelle des Frères-Prêcheurs à Arles durant l'été 2015, cette deuxième édition s'appréhende dans l'espace d'exposition du bâtiment de la Cité de la musique. L'ambiance studio du projet permet une perception précise de la création musicale de l'artiste français Matthieu Chedid réalisée spécifiquement et à partir des 500 photographies de Martin Parr sélectionnées par le photographe lui-même et Sam Stourdzé (commissaire de l'exposition et directeur des Rencontres d'Arles). Par un jeu de multi-pistes et grâce à la collaboration de Pierre Boscheron, la création sonore - pensée comme un agencement de différents climats - se déplie durant le parcours du visiteur, au rythme des séquences visuelles exposées sous plusieurs formes et formats (diaporamas, tirages papiers noir&blanc et couleurs, posters, tissus sur des transats, un papier peint). Le choix des photos fait fi de la chronologie afin d'entrer directement dans les préoccupations de Martin Parr : le quotidien, l'usage des lieux de tourisme et de culture, la poésie émergeant du banal, le potentiel narratif malgré la trivialité de notre société de consommation. Avec un grand sens de l'humour, l'artiste anglais propose une photographie critique et vernaculaire digne du Pop'art.
Pour -MMM- (Matthieu Chedid Meets Martin Parr) l'auteur/compositeur s'associe avec le photographe pour un projet dialogique inédit : une rétrospective non conventionnelle de l'Œuvre de Martin Parr (1970-2015) dans une ambiance sonore mêlant le réel et l'onirique, les micro-récits et le cadavre exquis, le repos et la turbulence.


Après cette immersion dans la création visuelle et sonore, corporelle et sensitive de -MMM- les étudiants ont découvert l'exposition Ludwig van. Le mythe de Beethoven dans le bâtiment de Jean Nouvel. 
Ce projet met en lumière comment ce grand compositeur, initiateur du romantisme, devient un mythe au lendemain de sa mort, en 1827. C'est donc à partir de la fondation de celui-ci et à travers de nombreuses représentations iconographiques (dessins, gravures, fac-similés, peintures, sculptures – à partir du masque sur le vif de Franz Klein en 1812, ...), de récits littéraires, de poésies, de discours, de films et d'installations que l'exposition mène le visiteur vers une exploration matérielle et « fictionnalisée » de l'Œuvre du musicien et compositeur allemand. Cette exposition est conçue et pilotée par la directrice du Musée de la musique, Marie-Pauline Martin et Colin Lemoine, attaché de conservation, responsable du fonds de sculptures du Musée Bourdelle. Cette exposition nous fait comprendre le génie de cet artiste, en quoi et comment il est porteur de messages parfois considérés comme messianiques. En passant par le fétichisme jusqu'aux récupérations politiques et idéologiques, l'Œuvre de Beethoven est instrumentalisée positivement et négativement pour divers événements. Depuis plus de deux siècles, les écrivains l'honorent, les théoriciens et les musiciens poursuivent d'en explorer les influences, les plasticiens le glorifient ou moquent l'imagerie construite au fil du temps et des géographies, les mélomanes le consacre. Il inspire largement le cinéma pour des questions de narration et de montage. De la simple sculpture sur socle pour un monument au grand site mémoriel, Beethoven trouve sa place dans l'espace public de nombreuses villes du monde. L'exposition s'achève avec les productions d'artistes du XXème et du XXIème siècle comme Andy Warhol, Joseph Beuys, Nam June Paik, John Baldessari, Terry Adkins ou Idris Khan par exemple ; chacun révélant une version issue de l'imaginaire beethovénien contemporain. Ainsi, s'offrait l'occasion de découvrir des œuvres connues et méconnues, de (re)découvrir la musique romantique et contemporaine, et, de saisir la construction scénographique pour ce vaste projet.
Texte : Daphné Brottet

Le site Internet de la Philarmonie de Paris en cliquant sur ce lien


Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici

06 janvier 2017

Visite du Musée du Louvre

   © Anthony Micallef 

Les étudiants de VIA FERRATA ont visité aujourd'hui le Musée du Louvre. Cette visite a été organisée et menée par Anne-Cécile Moheng, historienne de l'art au service des collections des Beaux-Arts de Paris.


  © Anthony Micallef 


Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici 

02 janvier 2017

Les étudiants de VIA FERRATA vous souhaitent une très bonne année 2017


 
 © Anthony Micallef

Suivez en direct toute l'actualité de VIA FERRATA sur sa page Facebook en cliquant ici.